Comme pour la recherche d’un logement classique, la recherche d’une colocation n’est pas une mince affaire. Où regarder ? Voici nos conseils pour trouver la coloc’ de vos rêves.

Une multitude de sites internet dédiés à la colocation

Aujourd’hui la recherche d’un logement s’effectue quasiment uniquement sur Internet, et la colocation ne fait pas exception. Aussi, afin de répondre à une demande de plus en plus accrue (étudiants, jeunes salariés mais également seniors), des sites se sont spécialisés dans la colocation mettant en relation les personnes à la recherche d’une colocation et celles à la recherche d’un(e) colocataire. Les meilleurs sur le marché sont :

• Appartager est le numéro 1 de la colocation en France. Le site vous propose un catalogue d’annonces très riche et régulièrement mis à jour. Vous pouvez recevoir des mails d’alertes qui vous informeront en temps réel de toutes les nouvelles offres correspondant à vos critères de recherche. Une option qui se révèle rapidement très pratique. Pour accéder à l’intégralité des annonces et ne rater aucune colocation, n’hésitez pas à remplir le formulaire d’inscription, c’est gratuit.

• Lacartedescolocs permet aux étudiants, français et étrangers, de trouver un logement facilement et gratuitement grâce à une navigation sur Google Maps/StreetView, partout en France.

• Autroisième, l’un des petits derniers, se veut être une alternative simple, communautaire et gratuite face à des plateformes souvent trop compliquées ou trop restrictives. Ce site apporte une aide rapide aux colocataires submergés par leur recherche de logement et permet de poster et surtout d’échanger avec les autres très facilement.

• Illicoloc va à l’essentiel en proposant un ajout d’annonce ultra simplifié, inspiré du site Leboncoin, mais spécialement conçu pour la colocation, avec une messagerie instantanée et une version mobile. En quelques clics, vous trouverez peut-être la coloc’ de vos rêves.

Trouvez votre colocation sur Facebook

À l’heure où les réseaux sociaux sont devenus quasiment incontournables, Facebook a également pris beaucoup d’ampleur en ce qui concerne les systèmes de petites annonces : que ce soit des vêtements, des appartements ou des colocations, on trouve des groupes de tout genre sur Facebook.

Ainsi, avec un peu de recherches, vous trouverez très facilement un groupe/une page référençant toutes les recherches et/ou les offres de logements dont des colocations. Il existe notamment une série de pages commençant par « Plan appart/coloc » pour les principales villes universitaires françaises. Voici une liste non exhaustive :
• Paris
• Lille
• Lyon
• Marseille
• Bordeaux
• Rennes
• Toulouse

Les bonnes vieilles petites annonces

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les petites annonces ne sont pas délaissées par tout le monde et cette rubrique existe toujours dans de nombreux journaux gratuits et payants.

Ainsi, n’hésitez pas à parcourir les petites annonces des différents journaux de la région où vous cherchez une colocation. En effet, il s’agit d’un bon moyen pour chercher un appartement à partager.

Ce n’est pas tout, il existe également des tableaux d’affichage où vous pouvez facilement trouver des dizaines d’annonces pour une colocation. C’est le cas, par exemple, sur les tableaux d’affichage au sein des universités ou encore dans certains organismes comme le Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires (CROUS) qui facilitent les rapports entre les étudiants. L’avantage est que vous trouverez certainement un(e) colocataire qui sera dans la même université que vous ou du moins sur le même campus universitaire ; ce qui peut faciliter vos futurs rapports (même type de vie, même horaires, même environnement).

Et surtout… attention aux arnaques

Lors de votre recherche de colocation (comme pour tout logement d’ailleurs), restez toujours vigilant, Internet recèle malheureusement de nombreuses arnaques.

Tout d’abord, méfiez-vous des annonces trop alléchantes pour être vraies : un bel et grand appartement dans le meilleur quartier de la ville pour un tout petit loyer, ça n’existe pas (ou peu) et si c’était le cas, pourquoi serait-il encore disponible ? Pour en avoir le cœur net et vérifier que l’annonce en question n’est pas une fausse, visiter l’appartement en question !

D’ailleurs, il est recommandé de toujours visiter un appartement et de rencontrer le propriétaire et surtout les colocataires avec lesquels vous allez partager un petit morceau de votre vie, avant de s’engager dans quoi que ce soit et surtout de payer une quelconque somme.

Si vous recherchez une colocation à l’étranger et que vous n’êtes pas encore sur place pour visiter ledit appartement, prenez votre mal en patience. Dans ce cas, nous vous conseillons de réserver une auberge de jeunesse pour quelques jours (une nuit en auberge ne coûte généralement pas plus de 20 €) durant lesquels vous recherchez, sur place, votre future colocation. Si vous ne souhaitez pas attendre, n’envoyez jamais de l’argent par mandat international, si vous ne connaissez pas le destinataire ; même si le pseudo-propriétaire vous propose de vous envoyer un contrat signé par un avocat. C’est le comportement-type de l’arnaqueur !

Avant d’avoir l’esprit tranquille et de vous installer dans votre nouveau chez-vous en compagnie de vos nouveaux colocataires, il vous faudra signer un bail. Il existe deux types de bail : un bail unique pour l’ensemble des occupants du logement et un bail multiple destiné à chaque colocataire. Optez toujours pour la seconde solution. Enfin, ce bail doit obligatoirement comporter des éléments importants : le dépôt d’une caution (ou dépôt de garantie, la caution solidaire, l’assurance habitation et l’état des lieux.

Dernier conseil : avant de vous engager, renseignez-vous bien, auprès du propriétaire et non de vos futurs colocataires, sur le montant du loyer et des charges ainsi que du montant (même approximatif) des impôts de la colocation (taxe d’habitation et redevance audiovisuelle).

Laisser un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de valider votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom ici.