L’historiographie africaine restera à jamais redevable au professeur Cheikh Anta Diop en ce sens qu’elle lui doit sa naissance, ses premiers balbutiements, sa maturité et son indépendance idéologique.

Laisser un commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci de valider votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom ici.